Les 38 destinations phares de l’innovation – Étape 4 : l’Afrique et le Moyen-Orient

Les 38 destinations phares de l’innovation – Étape 4 : l’Afrique et le Moyen-Orient

Après l’Europe et les Amériques, nous vous invitons à découvrir les 7 villes les plus innovantes d’Afrique et le Moyen-Orient.

L'Afrique et ses 7 destinations phares de l'innovation

Casablanca : La capitale économique du Maroc se démarque des grandes villes africaines par son dynamisme économique, son ouverture internationale et ses potentialités innombrables. 2016 a été une année charnière pour la ville et le pays. On a en effet assisté aux balbutiements d’un écosystème startups prometteur, avec environ 200 jeunes pousses en activité. Des accélérateurs et incubateurs ont par ailleurs commencé à fleurir pour pouvoir les accompagner. À titre d’exemple, le Numa a poursuivi son internationalisation en posant ses valises à Casablanca. La ville a également accueilli le 18 mai 2016 la 1ère édition de la « Smart City Expo Casablanca », sous le thème « Villes ouvertes, inclusives et innovantes ». Un tel événement est une première sur le continent et il place la ville marocaine en tête de file des hubs africains. Par ailleurs, la ville blanche est bien décidée à devenir une véritable Smart City. C’est pour cela qu’elle a lancé son tout premier cluster, la e-Medina, qui a pour objectif de rendre la ville plus attractive, plus compétitive et de développer un écosystème startups uni dans le but d’accélérer la transformation de la ville grâce au numérique.

 

Le Caire : Forte de son histoire et de sa culture, la capitale égyptienne commence à voir émerger un écosystème startups et des communautés de hackers. Ces derniers se sont développés de façon un peu anarchique pendant le printemps arabe égyptien de 2011 et les autorités commencent peu à peu à s’y intéresser en tant que levier de croissance et d’innovation. La ville accueille par ailleurs chaque année le Rise up Summit, un des plus gros événements dédiés à l’innovation du monde musulman, composé majoritairement par des des startups orientales.

 

Tel—Aviv : Terre promise des startups israéliennes, Tel-Aviv, ou Silicon Wadi, attire les entrepreneurs et startuppers du numérique de tout le pays et du monde entier. La deuxième plus grande ville du pays a d’ailleurs été élue par la Citibank comme l’une des villes les plus innovantes au monde. Le célèbre magazine en ligne Genome  lui a également réservé la deuxième place de son classement des villes les plus attractives pour les jeunes pousses. Israël mérite très bien son surnom de startup nation car l’innovation fait partie intégrante de la société. À titre d’exemple, le pays, et Tel-Aviv plus particulièrement, dispose d’un des plus forts indices d’investissement en recherche et abrite également la plus grosse proportion de startups par rapport à sa population. Tel-Aviv a pu se développer et devenir aussi attractive pour les étrangers (surtout pour les Français) grâce à une politique d’investissement mise en place par le gouvernement. La Silicon Wadi est le deuxième plus grand centre high-tech du monde, juste après la Silicon Valley, et le pilier du tissu numérique israélien. C’est donc également une zone motrice pour le Moyen-Orient. Cependant, la santé de ce pôle d’innovation dépend beaucoup de l’Europe et des États-Unis, car les investissements étrangers sont les principaux éléments moteurs de l’économie israélienne.

 

Tel-Aviv, une des 38 villes les plus innovantes du monde

Abidjan : Ville très dynamique d’Afrique de l’Ouest, Abidjan se démarque des autres grandes capitales africaines par son taux de croissance élevé et l’augmentation rapide des investissements étrangers et ceux consentis par le gouvernement. Avec un passé violent et difficile, le pays tend à redorer son blason et stimuler son attractivité au niveau international pour devenir le poumon économique de l’Afrique. De ce fait, le gouvernement s’efforce de placer l’innovation au centre du dynamisme ivoirien.’est la raison pour laquelle, le 7 juillet 2016, il a mis en place le Fonds ivoirien de l’innovation (FII) en partenariat avec la Banque africaine de développement. Ce fonds disposera d’environ 131 milliards de francs CFA (soit 200 millions €)  pour renforcer les infrastructures innovantes et soutenir le développement de l’entrepreneuriat et des startups. Investir durablement dans l’innovation est la priorité numéro 1 de l’État ivoirien. Par ailleurs, depuis 2 ans, la capitale ivoirienne accueille la conférence TedX, qui rencontre un franc succès auprès des entrepreneurs, des artistes et des figures intellectuelles du pays. Les thèmes abordés durant ces conférences témoignent de l’optimisme, de la soif de se réinventer et de l’envie de faire de la Côte d’Ivoire un hub d’innovation international. Et ce désire de redorer son blason a été entendu et compris par de grandes entreprises telles qu’Orange, qui a décidé d’inaugurer à Abidjan son Orange Fab, un accélérateur pour accompagner et booster les startups grâce à un coaching intensif.

 

Nairobi : La capitale du Kenya est une ville pionnière en matière d’innovation en Afrique. Au coeur de la Silicon Savannah (que l’on vous présente plus loin) Nairobi possède un des écosystème startups les plus larges d’Afrique. De nombreux Tech Hubs se sont ainsi développés dans la capitale kenyane, à l’instar du célèbre iHub fondé par Erik Hersman (pilier de la communauté Tech de la ville), du 88mph Garage ou encore du m:Lab East Africa. L’écosystème kenyan est également marqué par la figure d’Or Okolloh, la co-fondatrice d’Ushahidi, qui compte parmi les 100 personnes les plus influentes au monde selon le Time. Cybermilitante, avocate formée à Harvard et blogueuse aguerrie, cette activiste a oeuvré au développement de l’accès à Internet en Afrique. En 2007, seulement 5 000 Kenyans possédaient un abonnement Internet, tandis qu’aujourd’hui le pays dénombre 12 millions d’abonnés. La démocratisation d’Internet a permis au pays et à sa capitale de se développer et de stimuler la sphère tech. Ainsi, des startups ont pu voir le jour, comme Sendy (un service d’uber-coursier), BRCK (un modem portable) et Waabeh (l’iTunes kenyan) et devenir les championnes du digital. Par ailleurs de nombreux grands groupes tels que Google, IBM, Intel, Samsung ou encore Microsoft ont décidé de s’installer dans la capitale malgré les nombreuses contraintes parmi lesquelles le manque de sécurité dû aux fréquents attentats.

Nairobi, une des 38 villes les plus innovantes

 

La Silicon Savannah : Aussi appelée Konza City, la Silicon Savannah est l’un des axes du projet « Vision 2030 » qui doit permettre au Kenya de développer son économie. Cet espace totalement futuriste de 2000 hectares sera aménagé à 60km de la capitale kenyane d’ici les 20 prochaines années. Ce lieu unique en Afrique pourra alors accueillir un écosystème de startups, d’investisseurs et de chercheurs tel que ce nouveau hub pourra rivaliser avec les plus grandes zones d’innovation du monde. D’ici 2017, les prémices de ce beau projet émergeront de la savane africaine avec des infrastructures de base adaptées et fonctionnelles. Cette initiative de développement devrait coûter entre 10 et 14,5 milliards de dollars et créer de nombreux emplois. Seulement 5% de ce projet seront financés par l’État kenyan et le reste par des acteurs privés. À titre d’exemple, des grands groupes comme Samsung sont déjà évoqués comme des acteurs potentiels de ce nouveau hub.

 

Masdar : Située à quelques kilomètres d’Abu Dhabi, Masdar est une ville nouvelle et verte en construction depuis 2008. Se voulant la première ville sans déchet, sans carbone et sans pétrole, ce projet faramineux a un coût très élevé : environ 16 milliards de dollars. Constituée de 2 îlots d’une superficie de 150 000 m2 autour de l’Institut des services et des technologies et autour du siège de l’Agence internationale des énergies renouvelables, cette ville futuriste est au coeur d’un projet du développement des technologies au service de l’environnement. Les infrastructures de la ville sont dotées d’équipements permettant de réguler la chaleur et d’être autosuffisante grâce à un système de panneaux solaires très développé. Cependant, ce projet, bien trop idyllique dans un pays où les contradictions environnementales règnent, ne rencontrerait pour l’instant que très peu de succès puisque ce mirage apparu en plein désert serait, d’après le témoignage de nombreux étudiants internationaux, une véritable cité fantôme.

 

Vous êtes un grand groupe et l’écosystème start-up vous intéresse ? Venez découvrir les avantages de nos challenges start-up !





Challenge Startups




0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Tweetez3
Partagez2
+1
Partagez18
23 Partages