[La startup du mois] Neuroprofiler

[La startup du mois] Neuroprofiler

Ce mois-ci, place à Neuroprofiler, un jeu de finance comportementale permettant aux conseillers financiers d’évaluer le profil d’investisseur de leurs clients conformément aux nouvelles exigences européennes. Une startup que nous connaissons bien puisqu’elle a été lauréate du Global Fintech Challenge catégorie banque privée sponsorisée par le Groupe BPCE !

 

Qui es-tu ?

Julien, CTO et co-fondateur de Neuroprofiler.

 

L’aventure Neuroprofiler, elle commence où et comment ? 

Tiphaine, mon associée, a commencé à travailler sur le projet en 2014 alors qu’elle travaillait en banque privée et poursuivait une thèse en finance comportementale. Nous nous sommes rencontrés à un marathon. Passionné de machine learning j’ai été séduit par l’interaction entre ce domaine et la finance comportementale, que je découvrais alors.

 

En quelques mots Neuroprofiler c’est ?

Un outil de profilage d’investisseur, scientifique, conforme à la nouvelle directive Européenne MIFiD 2 et ludique !

Notre test est adaptatif et propose différentes questions, selon votre niveau de connaissance à mesure que vous définissez votre profil.

 

Neuroprofiler et les équipes innovation du Groupe BPCE lors du Global Fintech Challenge

 

Votre modèle éco :

Une banque, ou un conseiller financier peut acheter des tests à l’unité. Ainsi, notre formule de prix est adaptée aux conseillers en gestion de patrimoine avec un nombre de clients limité et aux grands comptes.Nous proposons aussi des licences pour les institutions avec un grand nombre de clients.

 

Vos objectifs (à court/moyen et long termes) :

A court terme, une première levée de fonds et de nouveaux clients. Nous aimerions travailler avec plus de banques, afin de mieux comprendre les clients et leurs attentes. A ce titre, nous développons en ce moment l’activité en France, au Royaume-Uni, en Suisse, en Belgique et au Luxembourg.

A moyen et long terme, nous aimerions insister sur l’aspect connaissance du client. En tant qu’investisseur, il est important de comprendre les produits dans lesquels on investit et particulièrement, les risques qui leur sont associé. Nous mettons déjà en place un outil de « coaching » pour le client, mais notre vision est d’éclairer le client sur ses propres décisions, dans un domaine aussi technique que la finance. Nos prochains développements iront dans ce sens !

 

Vous avez participé au Global Fintech Challenge, que tirez-vous de cette expérience ? Où en êtes-vous avec le Groupe BPCE ?

Le pilote est en cours. Le groupe BPCE nous a énormément apporté tout au long du développement du produit.

 

Les personnes ou infrastructures qui ont aidé ? Avec quel résultat ?

Nous tenons à remercier tout particulièrement l’équipe de transformation digitale de BPCE et les banquiers de la Banque Palatine, pour leur temps, leur disponibilité et leurs précieux conseils !

D’un « minimum viable product » nous avons maintenant une plateforme complète, personnalisable, disponible dans plusieurs langues! Nous attendons la fin du pilote avec impatience, pour intégrer les remarques de nos clients et proposer une expérience plus agréable.

Dans notre développement commercial, nous sommes accompagnés à Genève par Fintech Fusion, à Londres par Accenture Fintech Innovation Lab et le Khube de KPMG au Luxembourg.

 

Les bonnes surprises de votre aventure entrepreneuriale ?

Les rencontres ! Une fois le produit développé, il faut le vendre. Cela nous a permis de faire de nombreuses rencontres, auprès de prospects, d’investisseurs, de mentors mais aussi d’autres start-ups. Nous avons rencontré une grande bienveillance tout au long de notre aventure !

 

Le mot de la fin :

2017 s’annonce chargée !

 

Petit portrait chinois de l’interviewé en bonus !

Si tu étais un film ? The big short ! Aucun film n’a jamais aussi bien parlé de la nécessité de protéger l’investisseur !
Si tu étais un livre ? Thinking fast and slow, de D. Kahneman, pour son introduction très abordable à la finance comportementale
Si tu étais une citation ? “Portfolio managers should have an in-depth knowledge of the investor psychology of their client” (ESMA 2012)

Retrouvez-nous sur http://www.neuroprofiler.com

 


Challenge Startups


0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Tweetez
Partagez
+1
Partagez