[Témoignage] Comment j’ai monté ma startup après un hackathon en ligne

[Témoignage] Comment j’ai monté ma startup après un hackathon en ligne

Jean-Baptiste Bouché, l’auteur de cet article, est le vétéran le plus “capé” de la communauté Agorize. Il a participé à 21 challenges d’open innovation en deux ans, arrivant sur le podium 11 fois, dont 5 premières places. En septembre 2016, il a lancé sa startup de tourisme collaboratif, Welcom’ To Paris. Il nous livre aujourd’hui son témoignage sur l’aventure qui l’a mené de sa participation à un hackathon en ligne à la création de sa startup.

« Début 2015, une bande de cinq potes décidait de s’inscrire à Hack4Europe, un énorme hackathon européen, sponsorisé par Uber, Paypal, BlaBlaCar et d’autres. Le 2 juillet, ils remportaient la victoire, avec un concept simple : Welcom’.

Welcom’ est un site permettant aux touristes de se mettre en contact avec des habitants des villes visitées pour vivre de vraies expériences locales. De la vraie immersion, du contact humain, à l’inverse du tourisme de masse.

Ce soir-là, on ne pensait pas pousser notre concept jusqu’au stade de la startup, on ne pensait qu’au buffet. Puis une, dix, vingt personnes sont venues nous voir pour savoir quand nous lancerions une version complète de notre appli. Deux ans plus tard, Welcom’ to Paris est en passe de devenir une réelle startup.

C’est un hackathon qui nous a fait démarrer, et les similitudes hackathon / entreprenariat sont nombreuses. Petit retour d’expérience à chaud.

Hackathonien.ne / startuper : un même état d’esprit

On pourrait disserter des heures sur les points communs entre ces deux… Ces deux quoi ? Activités ? Passions ? Comment les définir ? Disons simplement : ces deux modes de vie.

En résumant, les plus importants sont au nombre de quatre :

1. Le temps est la ressource la plus précieuse. Pour rendre un prototype ou lancer son Minimum Viable Product, il faut savoir faire vite et bien.

2. Il faut partir, non pas une idée, mais d’un problème. On identifie une difficulté que l’on rencontre (au quotidien ou non) et qui n’est résolue par aucune solution existante.

3. On développe une solution. Cette solution résout le problème : c’est sa valeur.

4. Cette valeur, délivrée aux utilisateurs de la solution, est le seul critère valable. Que 
ce soit le jury ou votre marché, c’est votre aptitude à créer et délivrer de la valeur qui compte.

Au final, hackathon ou startup, c’est le même esprit qui est sollicité : l’esprit du « hack ». Démonter, faire, apprendre rapidement, aller vite, détourner les usages, créer de la valeur. Plus qu’une compétence ou qu’une activité, cet esprit détermine un mode de vie.

 

 

Hackathonien.ne / startuper : un même combat ?

Comme toutes les comparaisons, celle-ci a aussi ses limites. Elles sont faciles à entrevoir : un hackathon a une thématique spécifique, des ressources dédiées, un format, un jury, une date de rendu… Autant de choses que l’on n’a plus quand on entreprend.

Si le hackathon est un sprint, la startup est un marathon : on court, tous les jours, sans savoir où se trouve la ligne d’arrivée, juste la prochaine étape. Pendant la course, de nombreux événements adviennent. Par exemple, en deux ans, notre équipe a fondamentalement changé. Plusieurs fois. Des cinq de départ lors de Hack4Europe, il ne reste que moi. Dix personnes ont rejoint puis quitté l’équipe pour d’autres projets ou d’autres cieux. Aujourd’hui, nous sommes deux, déterminés à produire la troisième version du site.

Pourquoi la troisième ? Lors d’un hackathon, quand le prototype ne convainc pas, on recommence à zéro. Notre deuxième version n’a pas plu à nos utilisateurs, alors nous l’avons mise hors-ligne le temps de designer la troisième version. La seule chose qui compte, c’est l’avis de l’utilisateur !

Entreprises, organisez des hackathons – étudiants, participez !

Toutes les entreprises devraient organiser des hackathons en ligne. Ça leur permet non seulement d’activer et de stimuler leur écosystème d’innovation mais aussi de faire émerger des startups. Ces startups qui un jour pourraient devenir des partenaires.

Quant aux étudiants, je les encourage vivement à participer à des hackathons, le plus possible. C’est mon conseil. Que ce soit pour développer votre esprit de hacker, pour apprendre, pour gagner de l’expérience, ou peut-être pour finir par trouver LE projet qui va changer votre vie.

Au soir du 2 juillet 2015, je n’avais aucune idée de l’impact qu’aurait Welcom’ dans ma vie. Et dans la vie de toutes les personnes qui y ont participé, se sont inscrits sur le site ou ont utilisé notre service. Je suis ravi d’avoir participé à ce hackathon d’anthologie !

Si vous voulez en savoir plus sur Welcom’, si vous avez l’âme d’un voyageur ou si vous voulez juste nous donner votre avis, rendez-vous sur https://www.welcom.city/, ou sur nos comptes (je vous répondrai moi-même avec plaisir). »

 

 

 

Pour en savoir plus sur l’organisation d’un hackahton, téléchargez notre ebook gratuit : « Organiser son hackathon en 10 étapes » !

Livre blanc ebook comment organiser son hackathon

Jean-Baptiste est le vétéran le plus “capé” de la communauté Agorize. Il a conclu des études éclectiques (journalisme, histoire, sciences politiques) avec un Master spécialisé en Innovation à Centrale Paris. Il a enchaîné 21 challenges et hackathons en deux ans, arrivant sur le podium 11 fois, dont 5 premières places. Plus important : il a trouvé son premier poste après une victoire dans un challenge. Aujourd'hui, il s’est associé à deux amis pour monter une startup dont ils avaient créé le concept lors d’un hackathon Agorize.

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

87 Partages
Partagez67
Tweetez6
Partagez14
+1
Email